Colette Brogniart interview lotoise 2018 salon du livre


Accueil Ecrivain       Livres en papier   Ebooks     Le Blog   Bio     Romans   Théâtre   Chansons   Essais     Contact   + Infos


Colette Brogniart...

- Dans quel genre littéraire vous situez-vous ?
J’ai plaisir à écrire dans presque tous les registres littéraires : romans, nouvelles, poésie, essais. J’ai même inauguré, depuis peu, la construction d’émissions de radio.

- Votre premier livre publié ? Ombres, Silhouettes et parenthèses – Nouvelles – Éditions Textimus 1991

- Depuis, il y eut ? Depuis 6 romans, 3 recueils de nouvelles, 2 essais, des poèmes et des livres d’artistes.


 
- Trente mots :
J’ai consacré ma vie à l’écriture, c’est comme entrer dans un monastère. Actuellement, je songe sérieusement à jeter mon habit de moine aux orties ! 

- Comment devient-on écrivain ? Et pourquoi ? Vous considérez-vous écrivain ?
Je suppose que c’est lié au plaisir de la lecture, à l’estime dans laquelle je tenais les livres et donc les écrivains. Écrire était pour moi difficile, j’ai voulu me confronter à ce défi. Je pensais que l’écriture permettait de mieux comprendre la vie et de retenir le temps. Je me considère comme un écrivain puisque je me suis engagée en écriture, mais je pense qu’il faut être fou pour choisir cette vie.
 
- De quels auteurs êtes-vous imprégnée ? Références ?
J’aimais les auteurs d’Amérique latine. Et, bien entendu, mon Maître en écriture : Léo Ferré. J’apprécie les auteurs qui travaillent l’écriture, sauf si ça fait artificiel, plaqué, exercices de style...
 
- Êtes-vous d’accord avec la nécessité d’avoir lu une dizaine de livres d’un auteur pour en être vraiment "proche" ?
Hélas, j’ai souvent été enthousiaste à l’égard d’un livre, déçu par un autre ouvrage du même auteur. De plus, adolescente, je voulais tout lire, j’ai donc opté, le plus souvent, pour l’unicité.
 
- De quels auteurs avez-vous lu au moins 10 livres ?
Aucun. Arriverait en tête Marquez, Sartre, Duhamel...
 
- Participez-vous régulièrement aux salons du livre ? Qu’y cherchez-vous, qu’y trouvez-vous ?
Oui, car mon éditeur n’a pas de diffuseur, je n’ai donc pas le choix. J’y cherche des lecteurs, de bons lecteurs, qui partagent mon goût pour la littérature. Il m’arrive d’en trouver...

- Montcuq en Quercy Blanc... Y êtes-vous déjà venue ? Oui, j’y suis venue l’an passé.
 
- Les "péripéties" ?
Oui, globalement. Le Lot est un pays étrange où tout peut arriver.

- Georges Coulonges. L’avez-vous lu, connaissez-vous certaines de ses chansons ? Participerez-vous à la causerie littéraire du samedi ?
J’avais lu « La terre et le moulin... », j’en ai lu deux autres pour la causerie : « Pause-Café » et un autre...
Je ne viendrais pas à la Causerie, le Quercy blanc étant trop éloigné du Causse noir.
[Merci Colette d’avoir lu deux livres pour la causerie mais dommage de n’y pas venir ! Une soirée au camping, tu peux te la permettre !... mais effectivement, nous ne sommes pas assez nombreux pour loger les écrivains... ni assez subventionnés pour leur offrir l’hôtel... Anonyme lotois...]
 
- Éditeur traditionnel ou propre éditeur, raisons, avantages et inconvénients ?
Je suis dans une petite maison d’éditions créée par un collectifs d’artistes, essentiellement des plasticiens, d’où un grand nombre de livres d’artistes.
Avantage : on maitrise toute la fabrication du livre, on ne subit pas les dictats imposés.
Inconvénients : pas de distributeur pour les petites maisons d’éditions, pas de presse nationale ni autres médias nationaux, pas de participation possible aux « grands prix » littéraires, donc une diffusion limitée quelque soit la qualité des ouvrages.

- Vous sentez-vous observateur du monde, de notre époque ? Vos livres apportent une "compréhension du monde" ou autre chose... ?
Oui, un observateur accablé. Ils apportent une meilleure compréhension des caractères individuels, des phénomènes sociaux, quant au monde...

- État d’esprit du moment ?
La culture et l’humour m’aident à survivre. Le désespoir pointe son museau noir, mais « Le désespoir est une forme supérieure de la critique, pour le moment nous l’appellerons : bonheur... » L. F.

- Comment voyez-vous, espérez-vous, vos prochaines années ? Avez-vous une idée de vos prochains livres ? De votre "espérance de vie" ?
Il me reste peu de temps, j’essaie de terminer ce que j’ai entrepris en essayant de m’apaiser...

- La vidéo : que pensez-vous du résultat ?
Je trouve le résultat intéressant et sympathique. Mais, j’aimerais un petit film sur mon œuvre, dans l’esprit de celui sur la poule avec une fin moins triste...
[Référence de Colette à "la rousse de Montcuq", aventure d’une poule lotoise qui n’a pas croisé Nino Ferrer, ni un fusil mais un chien... nullement prénommé Mirza]


Publié dans le livre du salon du livre.

Acheter en papier ou obtenir gratuitement en numérique Montcuq en Quercy Blanc Troisième salon du livre


- Colette Brogniart vidéo sur acahors.com

‎- Colette Brogniart sur le webzine gratuit.

 photo Montcuq en Quercy Blanc salon du livre 2018

Montcuq en Quercy Blanc salon du livre 2018





Votre réaction ou votre avis sur le sujet...

Article du 25 juillet 2018 à 17 : 07.


Article sur un sujet très proche : Montcuq en Quercy Blanc le salon du livre 2018 (bonne lecture...)

Article précédent : Jacques Bienvenu son interview 2018 dans le cadre du salon du livre (sur ce blog)