#JeudiJeRedis : Jeudi Je Redis. Un peu autrement 13 février 2020 . Chaque jeudi, une petite chose à vous redire... car vous ne regardez pas toujours les bonnes vidéos...

Accueil Ecrivain       Livres en papier   Ebooks     Le Blog   Bio     Romans   Théâtre   Chansons   Essais     Contact   + Infos     La chaîne youtube


Une photo. Une grosse roue de tracteur près du mur d'une maison...

Pourquoi ce tracteur passe sur ce chemin alors qu'il lui serait possible d'accéder au champ sans risquer d'accrocher cette maison ?

Plusieurs traces de peinture sur ce mur laissent supposer des accrochages.
Je ne peux pas toujours être prêt à photographier. Et ma présence avec un appareil photo semble accentuer l'attention.



La mairie a toujours refusé de règlementer, de restreindre la circulation sur ce chemin.

D'abord celle de ma petite commune où le maire était négociant en céréales.

Qui plus est, j'avais osé, en arrivant, interroger sur l’absence de protection de la source alimentant la station d’eau municipale,
un agriculteur déversant pesticides et nitrates jusqu’à quelques mètres du point de captation.
Ma « mauvaise réputation » est peut-être partie de cette préoccupation ! Depuis notre eau est passée à la Saur.

Le maire suivant fut agriculteur, le maire suivant nous a rapidement fusionnés avec Montcuq, pour devenir Montcuq en Quercy Blanc.

Je me suis naturellement adressé à M. Lalabarde.

La mairie n'a pas réglementé, restreint la circulation sur ce chemin.

Je me demande si un tracteur oserait passer aussi près du mur de l'habitation de M. Le maire.

Vivre à Montcuq en Quercy Blanc.
C'est parfois avoir l'impression d'être considéré comme un citoyen de seconde zone. Par certains.

J’ai régulièrement repris l’analyse de M. Pascal Serre, son éditorial dans le numéro de février 2004 de Dire Lot titré « les clans ont la vie dure ».
Il y dénonçait « le fameux clientélisme lotois. »
16 ans plus tard... la mairie n'a toujours pas rendu les kakémonos à l’association organisatrice du salon du livre 2018.

Le PV du Conseil Municipal du 9 avril 2019 présente un grotesque mensonge, m’invente des « propos injurieux envers les élus de la commune » pour justifier « la subvention Salon du livre est supprimée. »

Cette roue de tracteur est un symbole. Je me demande si ce conseil municipal se considère au service des administrés, souhaite oeuvrer à un mieux vivre, à l'harmonie.

Ca se passe comme ça ici. Si une mairie Front National agissait ainsi, les rues de Montcuq ne seraient peut-être pas assez large pour laisser passer Aurélien Pradié, Serge Rigal et les autres.

Nous vivons une époque de roues.

 photo







Votre réaction ou votre avis sur le sujet...

Article du 12 février 2020 à 18 : 44.

Article sur un sujet très proche : Comment être écrivain en 2019 ? De l envie à la réalité (bonne lecture...)

Article précédent : Poire Beurré Dumont Poire Beurré Capiaumont Brune d Août (sur ce blog)