Livraison gratuite en points relais mais très loin de chez nous. En ville : à côté de chez soi. Pour les ruraux : payez ou allez chercher le colis très loin.

Accueil Ecrivain       Livres en papier   Ebooks     Le Blog   Bio     Romans   Théâtre   Chansons   Essais     Contact   + Infos     La chaîne youtube



Le but, c'est de supprimer LA POSTE de nos campagnes ? Car ce sont quand même les achats sur Internet qui fournissent une grande partie du contenu de nos postiers à la campagne...


La livraison en ville est donc gratuite. Mais elle est payante pour les ruraux, ou il faut aller chercher le colis loin, en ville. Ce qui revient à payer pour se déplacer.
Cette pratique s'installe. En vidéo :






Et en plus, il semble que l'Association des maires de France, avec des élus LREM, souhaitent taxer d'un euro chaque achat effectué sur Internet et livré à domicile ! Pour favoriser les points relais ! Ils osent même l'expression "fiscalité locale commerciale équitable" !
Pour financer les commerces prétendus de proximité !
Et ces commandes livrées en points relais seraient exonérées... car elles apportent un revenu aux commerçants !
On se fout vraiment de nous ?
Faire payer les ruraux pour maintenir le commerce dans les villes, elle est magnifique l'égalité française !

La France en 2019. Livraison en ville : gratuite. Pour les ruraux : payante, ou il faut aller chercher en ville, une livraison en points relais. La pratique s'installe tout doucement. Livraisons en France.
La livraison en points relais loin de chez nous.
Livraison en ville : gratuit.
Pour les ruraux : payant.
Donc livraison payante à la campagne.
Ou alors allez chercher en ville.

Ces élus-là souhaitent la disparition de la Poste dans nos campagnes ?
La "double peine" des ruraux s'amplifie...





Votre réaction ou votre avis sur le sujet...

Article du 14 février 2019 à 09 : 27.


Article sur un sujet très proche : Pourquoi vouloir supprimer argent liquide ? imposer compte bancaire biométrique (bonne lecture...)

Article précédent : Pourquoi être youtubeur à 50 ans : car ce n était pas possible avant (sur ce blog)