un écrivain né en 1968 approche biographique de 1997

. le temps des premiers livres

ecrivain livres papier et ebooks à bas prix
Accueil Ecrivain       Livres en papier   Ebooks     Le Blog   Bio     Romans   Théâtre   Chansons   Essais     Contact   + Infos


Né en 1968, du berceau pas des barricades ; 1986 : première manif, contre le projet Devaquet ; 1988 : BTS Services Informatiques au lycée Guy Mollet et débuts professionnels dans une société d'assurance, le tout à Arras ; 1989 : exempté du Service Militaire, en avance d'une loi ; 1992 : mutation géographique à Reims ; 30 novembre 1993 : je sors quand d'autres entrent. Ou espèrent entrer. Rêver de ça !





1992 : Ecrire. Des milliers de feuilles aussitôt chiffonnées si nécessaire. Mon écriture trouvera ainsi sa maturité, sa justesse, son tranchant, sa différence. Ecrire. Toujours écrire. Ne pas se disperser. Ne pas se contenter du passé et ces deux bouquins, ne pas céder à la tentation de la petite vedette locale notabilisée. Aucune censure. Peu importent les imperfections, elles seront toujours rectifiables. L'inspiration, elle, ne dure qu'un instant, c'est elle qu'il faut saisir, capturer.

A dix-sept ans j'ai cru qu'il me fallait une muse. Je l'ai trouvée. L'égérie et j'ai ri. Ce fut durant quelques saisons chaque enchanteresse déifiée. Mais les fées blessent, faiblesses, une muse, avec le temps, c'est une muselière. Pour ses tendresses on s'autocensure vite ! Depuis j'écris sans muse, je m'amuse vraiment, sans sujet exclusif, sans tabou, enfin libre.

L'écrit n'aura peut-être pas le dernier mot. Mais il aura eu le plus beau.

Septembre 1996. Une interview dans un magazine littéraire. A vingt-huit ans, mon âge, il publie son premier roman. Forcément son expérience m'intéresse. Tout mon contraire en quelques mots ! Collaborateur à l'Express et Lire, il définit la stratégie "kalachnikov" qui lui permit d'entrer chez un grand éditeur parisien : "si je voulais être publié, il fallait que je vois deux hommes : Sollers et Henri Lévy, deux figures mythiques". Son premier roman, très bien lancé, connaît un franc succès. Sûr qu'il publiera encore...
Les mondains parlent d'un fantastique progrès : l'écrivain n'est plus rejeté, désormais, même s'il ne vit pas de sa plume, la notoriété lui ouvre les portes du confort par l'intermédiaire d'une activité annexe. Les mondains prétendent que c'est le bon chemin. Mais l'écrivain, le véritable écrivain, ne transige jamais, il crée, et doit vivre de sa plume. Même pauvrement. Ne croyez pas ces vedettes qui prétendent "bien vendre" mais vivent d'une autre activité. La littérature, pour ceux consacrés "écrivains" par les médias n'est souvent qu'un casuel, ils vivent de leurs rentes, il me faudra vivre de mes ventes.

Jours rimes / jours roman. Créer ne s'explique pas. C'est ou ce n'est pas. Sans rechercher la moindre explication je constate des périodes rimes, j'écris alors le soir très tard, et des périodes roman, à la plume dès l'aurore. Ces périodes ne se chevauchent jamais.

Pour écrire il faut avoir vécu. J'ai multiplié les expériences. Dans le plus de directions possibles. Et toujours : vérifier par l'introspection les réactions. Là où je me savais trop faible pour aller, j'ai rencontré celles et ceux qui y étaient. Bien sûr on ne sort pas indemne de tels détours et rencontres, sûrement un peu plus humain.

En conclusion du pamphlet :

Assedic Blues
Bureaucrate
ou
Quelques centaines de francs par mois

publié en 1997


Les sites où acheter mes ebooks.





Votre réaction ou votre avis sur le sujet...

article du blog de Ternoise - le 24 décembre 2011 à 08 : 50
par corinne : c'est toujours émouvant de penser au temps des premiers livres.

Article du 28 octobre 2011 à 17 : 16.


Les meilleures ventes.



sur le forum : Huguette Tiegna Photos Huguette Tiegna de Figeac par Terdream 2017 septembre
Lecture article.